J’ai eu, en message privé, quelques questions concernant le roman Héritages, dont je viens de partager les deux premiers chapitres. Il en ressort que les gens ont tendance à prendre pour référence mes romans en cours : les Chants de Loss, et l’univers qui va avec, décliné en jeu de rôle. Et se demandent un peu ce qu’est Héritages et ce qu’il contient.

– La première question, qui est revenue le plus souvent, c’est : est-ce que c’est comme Les Chants de Loss, c’est à dire une histoire grave et émouvante, avec du contenu dramatique et choquant ?

Alors non, pas du tout ! Héritages est un roman-feuilleton pulp, avec beaucoup d’action, beaucoup d’aventures et un certain humour présent dans le ton et les péripéties. Il y a de la gravité et du drame dans la toile de fond du récit, il y a de l’intensité émotionnelle dans certaines scènes, mais dans l’ensemble, c’est pensé comme un roman d’aventures et d’anticipation pulp et fantastique.

– La deuxième question est : y’a un rapport avec les chants de Loss ?

Non, strictement pas le moindre, à aucun moment. Par contre, Héritages est, en quelque sorte, une fan-fiction dans l’univers d’Erdorin, que vous connaissez peut-être sous le nom de son jeu de rôle : Tigres Volants. Erdorin a été, il y a plus de 20 ans, co-imaginé avec Stéphane Gallay et Jess Grinneiser et Stéphane Gallay a écrit une série de romans de science-fiction dans cet univers, mais aussi une autre histoire, des romans qui se passent dans une version alternative d’Erdorin qui, elle, se passe à peu près de nous jours : Progressions. Héritages se passe dans le même univers, à la même époque, c’est à dure à peu près de nos jours. Mais avec des aliens. Et des pouvoirs psis… et… et plein d’autres trucs.

– La troisième question qu’on m’a posé est : ils sont tous aussi courts, les chapitres ?

En fait, oui et non. La longueur moyenne des chapitres est de 10 à 15 pages word. Certains sont plus courts, d’autres un brin plus long. Pour moi, ce sont des chapitres assez courts, mais, en effet, les deux premiers sont des chapitres plus courts que la moyenne. Ici, contrairement aux romans Les Chants de loss, je garde un rythme de chapitre roman-feuilleton, qui est découpé de manière à avoir des rebondissements et des cliffhangers nombreux… bref, comme on le faisait des romans-feuillons qui paraissaient autrefois dans la presse.

– Et enfin la dernière question : elles vont coucher ensemble, Helen et Calliopé ?

Ouais ! Et pas que ! Mais leur relation et leur romance est tout un pan du récit sur lequel je prends mon temps avec plaisir et raffinement ; je ne me sens nullement obligée de les jeter dans les bras l’une de l’autre, donc, si vous voulez voir une scène érotique ou même un premier baiser…. faudra patienter !

 

Partager :